Annuaire  |  Flux RSS  |  Espace presse  |  Intranet  |  Webmail  |  Videos  |    Photos   Projets & Collaborations  Projets & Collaborations 

Projets & Collaborations

Projet PIC - Polymères innovants Composites (Pacte Lorraine 2014-2017)

Partenaires : Ateliers CINI SA, Institut Jean Lamour (CC MPA et équipe Métallurgie et Surfaces), Ecole de chirurgie de Nancy, INRIA

Ce projet vise à développer de nouveaux matériaux composites hautes performances. L’objectif est d’obtenir des matériaux utilisables en fabrication additive.

Le projet permettra de concevoir plusieurs types de matériaux tenant compte des critères de résistances à la chaleur ou au froid, la rigidité, la masse (pour avoir des matériaux légers), résistants au vieillissement ou encore biocompatibles.


Les débouchés sont nombreux dans l’automobile, l’aéronautique et la santé.

Thèse CIFRE Cini : Élaboration et caractérisation de composites biocompatibles imprimables (2015-2018)

Partenaires : Institut Jean Lamour (CC-MPA, équipe Métallurgie et Surfaces, équipe Physique, mécanique et Plasticité), laboratoire DCAC - Défaillance Cardiovasculaire Aiguë et Chronique, Ecole de Chirurgie Nancy Lorraine

Cette étude s'inscrit dans une double contrainte d’élaboration de biomatériaux imprimables associés à des propriétés fonctionnelles nouvelles ou améliorées (biocompatibilité à court et long terme, propriétés tribologiques, résistance mécanique, vieillissement).

Les types d’applications envisagés dans le domaine de la fabrication additive sont la fabrication de prothèses sur-mesure implantables, fabriquées soit par frittage laser sélectif, soit par impression 3D.

Projet JETADDI : Jonction Électrochimique de Transfert par Fabrication Additive

Institut Jean Lamour (CC MPA, équipe Chimie et Electrochimie des Matériaux)

Ce projet consiste à développer un procédé d’électrolyse innovant, assurant un transfert sélectif, à travers une jonction composite (ou paroi de transfert), d’un cation ou d’un ensemble de cations depuis un électrolyte source à exploiter (déchet) vers un électrolyte de valorisation.

Les jonctions développées permettent de valoriser des métaux à forte valeur marchande (cobalt, nickel) ou à intérêt stratégique (lithium).

Les technologies additives nous permettent aujourd’hui de fabriquer des jonctions extrêmement complexes avec une microporosité contrôlée et une surface d’échange capable d’atteindre des volumes de traitement en accord avec utilisation à grande échelle.

Cette innovation est donc véritablement essentielle dans le contexte actuel de développement durable et de définition de nouveaux procédés propres. Un pré-pilote est en phase d’essai industriel.

Vers le haut