linkedintwitter
Annuaire  |  Flux RSS  |  Espace presse  |  Intranet  |  Webmail  |  Videos  |    Photos   Détails-A-La-Une  Détails-A-La-Une 
L'Institut Jean Lamour est un laboratoire de recherche en Science des Matériaux : matériaux, métallurgie, plasmas, surface, électronique, nanomatériaux. C'est une unité mixte de recherche (7198) de l'Université de Lorraine et du CNRS.


Membre de :


Cofondateur de :





     


Mentions légales|Contact|Accès|Plan site

Article A la Une

Catégorie : A la Une

Retour sur les 24e journées du Groupe Français de Spectroscopie Vibrationnelle

90 participants étaient réunis du 16 au 18 mai 2018 pour les 24e Journées du Groupe Français de Spectroscopie Vibrationnelle (GFSV).


L’événement était coorganisé  par l’IJL, Le LMOPS (Université de Lorraine), BioSpecT (Université de Reims), le LPIM (Université de Mulhouse) et l’Université de Strasbourg dans le cadre bucolique du village de Ventron dans les Vosges.

Isabelle Royaud, Marc Ponçot et Adrien Letoffe, de l’équipe Physique Mécanique Plasticité de l’IJL, y ont participé.

Les objectifs du GFSV, pilier de la communauté des spectroscopistes vibrationnels en France, sont :

- La valorisation des récentes avancées techniques et scientifiques en spectroscopies et microscopies IR et Raman.

- La stimulation des échanges entre spectroscopistes, chimistes, physico-chimistes, physiciens, polyméristes et autres disciplines (géologie, santé, physique nucléaire, énergie).

Les thèmes scientifiques abordés au GFSV couvrent tous les domaines d’études des matériaux, de leur mise en œuvre à leur durabilité et leur valorisation. Ils intègrent la caractérisation de leurs propriétés en utilisant l’ensemble des outils disponibles, notamment par couplage avec d’autres techniques (rhéologie, rayons X, rayonnement synchrotron, AFM, thermographie IR, etc.) sans oublier les outils statistiques de traitement des données de chimiométrie.

Parmi les 90 participants étaient présents une dizaine de constructeurs, des industriels et de nombreux universitaires français et européens (Allemands, Anglais, Espagnols, Belges).

Ce congrès convivial et riche en échanges scientifiques a permis d’aborder plus spécifiquement les sujets suivants :

- Les innovations technologiques des spectroscopies, en particulier en termes de détection, d’amélioration des performances mais aussi en imagerie ou en traitement des données.

- La caractérisation in situ de matériaux au service du suivi de procédés industriels.

- Les couplages d’expériences ouvrant de nouvelles perspectives intéressantes de caractérisation.

Ce colloque a lieu tous les ans et le prochain sera organisé par des chercheurs de l’Université de Lyon en mai 2019.