linkedintwitter
Annuaire  |  Flux RSS  |  Espace presse  |  Wiki IJL  |  Webmail  |  Videos  |    Photos   Détails  Details-EN 
Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam
 
02
03
04 05
06
07
08
09 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31  
Archives des actualités

Article

Catégorie : Evénements scientifiques

Mercredi 2 décembre 2020 : Finale interacadémique Grand Est / Bourgogne Franche-Comté des Olympiades de Physique > En visio

L'Institut Jean Lamour, la Section Lorraine de la SFP, l'UDPPC et la Faculté des Sciences de l'Université de Lorraine organisent à Nancy, le 2 décembre 2020, la finale inter-académique des 28e Olympiades de Physique pour les lycéens des régions Grand Est / Bourgogne France-Comté et du lycée Thang Long de Da Lat, au Vietnam. Cet événement est coordonné par Hélène Fischer, maîtresse de conférences.


7 équipes de lycéens présenteront des expériences de physique conçues par leurs soins sur des sujets très variés. Compte tenu de la situation sanitaire, les présentations des élèves se feront en visioconférence, sur invitation uniquement.

Un jury sélectionnera les meilleurs groupes pour la finale nationale, qui se déroulera à l’Université de Bordeaux les 29 et 30 janvier 2021.

PROGRAMME :

9h-9h45 :
Collège épiscopal Saint-Etienne de Strasbourg (ALSACE)

Moteur à hydrogène : l'avenir ?
Dans un premier temps, les élèves aborderont les méthodes de production, notamment le vapocraquage, le vaporeformage et l’électrolyse de l’eau qu'ils présenteront via une expérience pratique. Ils aborderont également, d’un point de vue théorique, 2 cas où l’hydrogène peut être présent : le moteur à combustion et la pile à combustible.
Ils consacreront leur 2nde partie aux différentes expériences et calculs réalisées au cours de leurs recherches. La 1re porte sur l’électrolyse et la 2de présente une autre méthode de production, mais également de stockage et d’utilisation de l’hydrogène : la pile à combustible et, plus précisément, à hydrogène. La dernière expérience consiste en la construction maison d’un électrolyseur afin de déterminer si la production de dihydrogène est possible chez soi de façon viable.
La dernière partie consistera en une ouverture au monde actuel afin de voir les avantages et les inconvénients de cette énergie à travers quelques projets dans lesquels il peut être utilisé dans le monde, mais en abordant objectivement les difficultés que sa production engendre actuellement.

10h-12h15 :

3 équipes du Lycée Thang Long de Da Lat (VIETNAM)

La danse du son :
Les élèves ont déterminé la théorie des vibrations des ondes mécaniques, des ondes sonores nécessaires au sujet. Ils ont réussi à fabriquer deux séries d'expériences d'imagerie laser et d'onde de sable basées sur leurs connaissances. En parallèle, ils ont expérimenté, observé, enquêté et tiré leurs propres conclusions sur le phénomène qui s'est produit et ont appliqué leurs connaissances pour expliquer pourquoi il y a ces phénomènes.

Rencontre entre l'eau et le feu :
Actuellement, le modèle de mini hydroélectricité attire beaucoup d'attention dans le monde. Parce qu'il fonctionne pour de petits flux, il convient aux besoins des individus ou d'un petit local. Pour résoudre certains problèmes locaux, les élèves ont décidé de construire une mini machine hydroélectrique sur le modèle de turbine en spirale d'Archimède pour atteindre leur objectif.

Améliorer une trancheuse de noix de coco :
La confiture de coco contient de nombreux nutriments tels que le glucose, les acides aminés, les minéraux tels que le magnésium, le phosphore, le calcium, le cuivre, le fer, le manganèse ... Donc le coprah peut être séché pour servir pour l'industrie agro-alimentaire.
Cependant, le rabotage de petites fibres de confiture est une tâche difficile, qui demande beaucoup de temps et d'efforts. En outre, l'équipement utilisé pour fabriquer la fibre de coco est encombrant ou assez rudimentaire.
Le projet est de créer un équipement sur mesure, efficace, simple et compact.
L'équipement est créé sur la base de la théorie physique pour optimiser la productivité de l'utilisateur.

14h-14h45 :
Lycée Albert Schweitzer de Mulhouse (ALSACE)

Les vitres ont des oreilles :
Le projet s'intéresse à un dispositif d'espionnage à distance utilisant une détection optique des vibrations d'une vitre sous l'effet de la parole. Il se compose d’un faisceau émis par une source laser qui, après réflexion sur une vitre, est capté par une photodiode ou un phototransistor. Le capteur peut être simplement branché sur la prise micro d’un ordinateur et exploité grâce à un logiciel comme Audacity. Les élèves ont ensuite cherché à augmenter la sensibilité du dispositif, qui fonctionne bien par réflexion sur un miroir, mais moins bien par réflexion sur une vitre. Une dernière problématique concerne le double vitrage.

15h-15h45 :
Lycée Gustave Eiffel de Dijon (CÔTE D'OR)

Résiste, c'est bon pour la planète ! :
Les élèves ont développé un appareil capable de mesurer la résistance thermique d’un matériau ou de l’association de plusieurs matériaux, dans le but d’obtenir la meilleure résistance thermique à l’aide de matériaux de récupération. L'appareil doit permettre non seulement d’accéder à la résistance thermique d’un matériau, mais aussi de prévoir en partie ses effets sur la température à l’intérieur d’un bâtiment au cours du temps, notamment en effectuant une alternance jour/nuit dans les contraintes imposées au matériau et en étudiant ses réponses.

16h-16h45 :
Lycée Carnot de Dijon (CÔTE D'OR)

Poulpe fiction :
Le poulpe est un animal marin aux capacités exceptionnelles. Qualifié de "daltonien" car il ne possède qu’un seul type de récepteur, il est pourtant capable de distinguer les couleurs. En effet, en rétractant les cellules pigmentaires de sa peau, il peut changer de couleur, et donc se camoufler en fonction de son environnement, montrant ainsi sa capacité à percevoir les couleurs qui l’entourent.
Après une dissection d’un poulpe, les élèves se sont aperçus que son cristallin était sphérique. En s’intéressant à la réfraction de la lumière sur un dioptre sphérique, ils ont observé la présence d’aberrations géométriques et chromatiques. Ils ont alors cherché à relier les variations d’indices de l’eau en fonction de la longueur d’onde et de la salinité pour comprendre comment le poulpe pouvait percevoir les couleurs.
En modifiant l’indice de réfraction au sein d’un dioptre sphérique, il est possible de limiter les aberrations géométriques pour une longueur d’onde. Ils ont alors montré qu’il est possible de faire la mise au point pour une longueur d’onde, les aberrations sont alors limitées pour cette longueur d’onde, tandis que pour les autres longueurs d’onde les aberrations demeurent.
Il est ainsi démontré qu’un poulpe peut voir net pour une longueur d’onde et flou pour les autres. Ainsi, en distinguant la netteté d’une image, il est capable de reconnaître la couleur de l’objet de départ.

18h-19h :
Remise des prix, en présence de :

- Thierry BELMONTE, directeur de l'Institut Jean Lamour
- Stéphane FLAMENT, doyen de la Faculté des Sciences et Technologies de Nancy
- Sabine CHAUPAIN-GUILLOT, vice-présidente du conseil de la formation de l'Université de Lorraine

>> En savoir plus sur ce concours