linkedintwitter
Annuaire  |  Flux RSS  |  Espace presse  |  Wiki IJL  |  Webmail  |  Videos  |    Photos   Single-Calendar-Single  Single-Calendar-Single 
Juin 2015
Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam
 
01
02
03 04 05 06
07
08
09
10
11
12 13
14
15
16
17
18 19 20
21
22
23
24
25
26 27
28
29
30  
Archives des actualités

Article

Catégorie : Soutenances de thèse et de HDR

Lundi 8 juin 2015 : Soutenance de thèse de Duclair KUETE SAA : "Synthèse de nanostructures d’oxyde de ruthénium par plasma micro-ondes en post-décharge à la pression atmosphérique"

 

Duclair KUÉTÉ SAA, doctorant à l'Institut Jean Lamour au sein de l'équipe "Expériences et Simulations des Plasmas Réactifs - Interaction plasma-surface et Traitement des Surfaces ", soutient publiquement ses travaux de thèse intitulés :


"Synthèse de nanostructures d’oxyde de ruthénium par plasma micro-ondes en post-décharge à la pression atmosphérique"

 

Cette thèse est effectuée en Co-tutelle avec l'université "Yaoundé 1" (CAMEROUN)

 

Date et lieu :
Lundi 8 juin à 10h
Présidence de l'Université de Lorraine, site de Brabois
Salle Grüber
2 av. de la Forêt de Haye, Nancy

Résumé :

Diverses nanostructures de dioxyde de ruthénium ont été synthétisées par oxydation locale du ruthénium massif et de films minces de ruthénium au moyen de plasmas micro-ondes Ar-O2 en post-décharge à la pression atmosphérique. Ces revêtements ont été déposés préalablement par pulvérisation magnétron. Une étude approfondie a été réalisée pour déterminer l’évolution radiale de la température de surface qui évolue typiquement entre 530 K et 900 K. L’utilisation d’un plasma permet un abaissement de la température d’oxydation par rapport à des conditions thermiques dans la mesure où l’oxygène moléculaire est excité ou dissocié, ce qui fournit des espèces plus réactives comme l’oxygène singulet ou l’oxygène atomique. Suivant le substrat utilisé et les conditions opératoires, des structures en lamelles distantes de 20-50 nm, des micro-oursins localisés, des nanofils longs et denses et des microcristaux peuvent être formés. Les nanostructures obtenues ont été caractérisées par différentes techniques (microscopies électroniques, diffraction des rayons X ou spectrométrie de masse des ions secondaires). Les analyses MET ne révèlent pas d’orientation privilégiée des nanofils qui sont généralement monocristallins. Des mécanismes de croissance des nanostructures très différents ont été observés et identifiés. S’il apparaît qu’il est impossible sur substrat massif de ruthénium d’obtenir des nanostructures uniformément réparties, il en va autrement avec des substrats recouverts d’une couche mince de ruthénium qui permettent de former de véritables tapis de nanofils. La possibilité de localiser la croissance des nanofils par ajout de sels alcalins a été étudiée. Si l’utilisation de grains de NaCl ou de KCl permet d’accroître la densité des nanofils localement, elle ne permet pas toutefois d’assurer systématiquement la formation de nanofils.


Composition du jury :

Rapporteurs :

Angélique BOUSQUET  Maître de Conférences, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand                                                                              

Patrice RAYNAUD  Directeur de Recherche, Université Paul Sabatier, Toulouse      

 Examinateurs :

Jean-François PIERSON  Professeur, IJL, Nancy                     

Daniel NJOPWOUO  Professeur, UY1, Yaoundé                       

C. P. NANSEU-NJIKI  Maître de conférences, UY1, Yaoundé 

Directeurs :

Thomas GRIES  Chargé de Recherche, IJL, Nancy                    

Samuel LAMINSI  Maître de conférences, UY1, Yaoundé      

Thierry BELMONTE  Directeur de Recherche, IJL, Nancy