linkedintwitter
Annuaire  |  Flux RSS  |  Espace presse  |  Wiki IJL  |  Webmail  |  Videos  |    Photos   Single-Calendar  News 
Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam
01
02
03
04
05
06
07
08
09
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
 
Archives des actualités

Article

Catégorie : Soutenances de thèse et de HDR

Jeudi 19 décembre 2019 : Soutenance de thèse de Alexandre DEKENS : Anatomie de la magnétographie

Alexandre DEKENS, doctorant au sein de l'équipe "Nano-magnétisme et Electronique de spin" de l'Institut Jean Lamour, soutient sa thèse intitulée :

"Anatomie de la magnétographie"

 

Date et lieu :
Jeudi 19 décembre 2019 à 14h00
Campus Artem
Amphithéâtre 100

 

Composition du jury :

Directeur de thèse :

- M. Michel HEHN
Professeur des Universités – HDR, Institut Jean Lamour, Université de Lorraine – CNRS UMR7198

Co-directeur de thèse :

- M. Thomas HAUET
Maître de Conférences – HDR, Institut Jean Lamour, Université de Lorraine – CNRS UMR7198

Examinateurs :

- Mme Isabelle JOUMARD
Ingénieur de recherche - SPINTEC, CEA
- M. Jean LEVEQUE
Professeur des Universités – HDR, Université de Lorraine – G.R.E.E.N.

Rapporteurs :

- Mme Nora DEMSEY
Directrice de recherche – HDR, Institut Néel CNRS/UGA UPR2940
- M. Frédéric MAZALEYRAT
Professeur des Universités - HDR, SATIE ENS Cachan

Invité :

- M. Éric AUBRY
Ingénieur R&D NIPSON Technology, Belfort

 


Résumé :
Ce travail porte sur les presses d’impression magnétographique développées par l’entreprise NIPSON Technology. Dans ces systèmes d’impression, le support à l’enregistrement ou média est un cylindre métallique (tambour) recouvert d’un ensemble de couches magnétiques : un guide magnétique en FeNi et une couche d’enregistrement en CoNiP. Le développement de l’image par les particules d’encre aimantées procède grâce à la force magnétique issue de régions du tambour (micro-aimants) aimantées par les pôles magnétiques des têtes d’écriture. L’impression est finalisée en transférant les particules d’encre magnétiques sur le support papier, carton, etc. L’écriture de l’image pixélisée sur le média est identique à celle de l’enregistrement de données sur des disques durs. Toutefois, la magnétographie se distingue par la force magnétique des micro-aimants qui doit être suffisamment grande pour attirer les particules d’encre et par le caractère temporaire des micro-aimants du média.

L’objectif de la thèse est d’offrir des options à NIPSON Technology pour leur permettre d’augmenter la vitesse d’impression de leurs imprimantes, de 150 m/min actuellement à 600 m/min à long terme. Pour ce faire, il est nécessaire d’approfondir la compréhension des processus magnétiques d’écriture et d’effacement. Le travail de thèse s’organise en trois étapes. Dans un premier temps, les champs magnétiques extérieurs appliqués sur la couche d’enregistrement lors de l’écriture et de l’effacement sont calculés par méthode des éléments finis. Puis on étudie les propriétés structurales du CoNiP qui compose la couche d’enregistrement, qu’on relie aux propriétés magnétiques exhibées par l’alliage lorsqu’on lui applique un champ magnétique uniforme. Enfin, en utilisant les résultats déterminés dans les deux premières phases, on est parvenu à produire un modèle en première approximation de la configuration magnétique d’aimantation des dots écrits ainsi qu’à saisir plus finement l’impact des différents paramètres du tambour et de la barre d’effacement sur le processus de désaimantation AC. Par ailleurs, l’alternative de l’effacement DC pour suppléer cette dernière ainsi qu’une modification incrémentale de la nature de la couche d’enregistrement ont été étudiées dans l’optique de passer à une vitesse d’impression de 600 m/min.

Mots-clés : magnétographie, imprimante, processus d'aimantation, modélisation par éléments finis, circuits magnétiques, optimisation

 

Abstract :
The work presented here is about the magnetographic printing systems designed and manufactured by NIPSON Technology. The medium that is supposed to retain the information one would like to print is a metallic cylinder, called the drum, on which two magnetic layers are grown: a FeNi ferromagnetic underlayer that acts as a “magnetic keeper” and a CoNiP semi-hard ferromagnetic medium. Using writing heads, an assembly of magnetized dots is recorded, thus forming the latent image to be written. This latent image is then revealed with magnetic ink particles that are attracted to regions that exhibit high gradients of stray field. Then the printing process is finalized by transferring the ink onto plain paper, cardboards, etc. Magnetic printing seems, at first glance, to be similar to the hard disk drive technology in the way the writing process works. However, the “read-out” in the former case sets itself apart by the necessity of having a sufficiently strong magnetic force to attract the ink particles, which involves layers that are tens of microns thick.


The main objective of the thesis is to provide NIPSON Technology with options as to how to improve the printing speed of their devices from 150 m/min currently up to 600 m/min in the long run. To achieve that, a deeper understanding of the writing and the erasing processes in the magnetic medium is necessary. The task in the thesis is threefold. First, the magnetic field applied on the medium was determined by finite elements modelling both in the writing and the erasure processes. In the meantime, we studied the structural properties of the CoNiP and how they were linked to the magnetic properties of the medium. Then, by analyzing the results obtained in the two previous steps we succeeded in establishing a first model of the magnetic configuration in a single dot written by magnetic printing. On the erasure side, we managed to figure out how the parameters of the printer shape the AC demagnetization process used to erase an old latent image. Furthermore, we examined the possibility of implementing a DC erasure process as an alternative to the AC demagnetization, as well as an incremental alteration of the magnetic medium, so as to get a printing quality at 600 m/min as good as what one has at 150 m/min in the current system.

 
Keywords : magnetography, printing system, magnetization process, finite element modelling, magnetic circuits, optimization